AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais ҩ SWANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Look at me,

◊ MESSAGES : 96
◊ Depuis : 24/11/2012
MessageSujet: Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais ҩ SWANN   Lun 31 Déc - 2:16




Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais


Bon, d’accord. Il m’arrivait parfois de dépasser un peu les bornes. Peut-être même un peu plus qu’un peu. Mais j’étais née Audacieuse, et même si j’adorais ma Faction et que pour rien au monde je ne retournerais chez ces barbares, toute une enfance à déjouer l’autorité et à se comporter en enfant sauvage, ça ne s’effaçait pas comme ça. Surtout quand mes amis de mon ex-Faction me poussaient à venir m’éclater avec eux, que pouvais-je répondre si ce n’était un oui ? J’aimais m’amuser, je ne voyais pas ce qu’il y avait d’incompatible avec la Sincérité. Mais apparemment je n’entrais pas dans les bonnes mœurs de Dauntless Town. Je devrais rester chez moi après neuf heure du soir pour jouer à la poupée ou faire des mots croisés. Pas de bol, ce n’était pas vraiment mon genre.

Et vous savez la seule chose que ces imbéciles avaient trouvé pour me « remettre sur le droit chemin » ? M’envoyer me faire remonter les bretelles chez les Altruistes. LES ALTRUISTES. Bon, d’accord, au fond, moi je les aimais bien. Ils étaient souvent un peu coincé, mais tout gênés dès qu’on s’intéressait de près à eux. Et en plus, quand on passait leurs façades froides et réservées, ils étaient adorables et incroyablement serviables. Normal, me direz-vous pour des Altruistes. Quoiqu’il en soit, j’avais eu rendez-vous il y a déjà plusieurs mois de cela au centre politique de Dauntless Town. J’y étais allée en râlant, mais tout en sachant que j’étais obligée. Les dirigeants des Sincères en avaient marre de mes péripéties et je n’avais pas envie de me retrouver Sans-Faction pour une cuite de trop.

Je m’attendais à me retrouver face à un vieil enquiquineur passé la soixantaine et croulant sous le cholestérol qui m’aurait fais la morale avec son haleine de poisson pourri et ses dents jaunes. Eh bien en faite non, pas du tout. Lorsque je pénétrai dans le bureau que l’on m’avais indiqué, je tombai sur une jeune femme, tout de grise vêtue (non, sans blague, étonnant pour une Altruiste), frêle, de longs cheveux blonds comme le blé dégringolant jusqu’à sa taille et un visage fin. Une apparition divine. Elle commença à me parler de sa voix douce et paisible, et là, j’ai craqué. Et oui, c’était exactement le genre de personne que j’adorais : mignonne, calme, gentille comme c’était pas possible… Alors je lui promis monts et merveilles, oui, j’allais me calmer, non, plus une goutte d’alcool, non, plus de boîte de nuit, plus d’escapade nocturne, promis juré sur la tête de mes deux chiots, je serai sage.

Evidemment, le soir même, j’étais repartie. Je me sentais toujours un peu coupable de me retrouver à nouveau dans son bureau… Mais elle me pardonnait toujours et on passait souvent un bon moment à discuter de choses et d’autres. Elle pensait sûrement qu’un jour je finirais par reprendre mes esprits et me calmer. Peut-être avait-elle raison. Mais je devais avouer que ces derniers temps, j’avais fais fort… J’avais même emmené des autres jeunes Sincères avec moi dans mes folles aventures, et ça avait moyennement plu. A nouveau, je me retrouvais au centre politique… Bah, maintenant je connaissais le chemin.

Je traversais les couloirs remplis de gens pressés et aux regards sérieux. Jamais je ne deviendrai politicienne. J’arrivai vite un bureau de Swann, qui n’était pas le plus petit de tous. Il était même plutôt classe, si on pouvait dire un truc pareil d’un bureau d’Altruiste. Le première fois que j’étais venue, ça ne m’avait pas sautée aux yeux, mais en y repensant, je me dis qu’elle devait quand même être quelqu’un d’important ici. A première vue, je ne voyais pas en quoi. Elle n’avait ni la stature ni le charisme des politiciens qui parlaient en public. Puis, je me rappelai à quel point j’étais tombée rapidement sous son charme et à quel point j’étais capable de boire ses paroles.

Je toquai à sa porte, trois coups, puis deux coups secs, puis entrai sans attendre de réponse. Elle était déjà là, évidemment. Plus ponctuelle tu meurs. Je m’avançai lentement dans a pièce, un peu penaude, comme d‘habitude. A chaque fois je m’attendais à ce qu’elle explose, mais elle ne le faisait jamais.

- Salut Swann… C’est encore ENCORE moi…

J’allai m’asseoir face à elle, sur l’appui de fenêtre. Ce n’était pas super confortable, mais si elle se décidait à me faire des reproches, je préférais regarder ailleurs que dans ses yeux d’ange incarné. Elle avait l’art de me faire sentir coupable de tous les maux de la terre.

- Alors, c’est quoi ma punition cette fois ? Privée de dessert ?

Je dis ça en riant un peu, histoire de détendre un peu l’atmosphère, même si j’avais l’impression d’être la seule stressée dans l’histoire. J’avais un sale pressentiment.



© code de boo. gif de tumblr.



_________________
    I'M QUOTED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Qui donne ne doit jamais s’en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier
avatar

Look at me,

◊ MESSAGES : 78
◊ Depuis : 10/12/2012
MessageSujet: Re: Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais ҩ SWANN   Mar 1 Jan - 9:22

Pardonne nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.

June M. Woodless




J’étais tranquillement installée à mon bureau, me préparant à l’entretien que j’allais avoir dans quelques minutes. Une fois de plus, et pour ne pas changer, June avait fait des siennes et j’avais donc dû la convoquer ce matin. Si ça n’avait tenu qu’à moi je lui aurais fichu la paix. Elle était encore jeune, et elle avait le tempérament d’une Audacieuse, on ne pouvait pas lui demander d’être une pure Sincère… D’une certaine manière elle avait eu de la chance qu’on me demande de la prendre en charge. Certains de mes collègues étaient moins « souples » que moi. Je m’arrangeais toujours pour qu’elle soit le moins punie possible. Un blâme, quelques remontrances pour la forme, ou du moins c’est ce qu’on faisait croire à tout le monde. Ces derniers temps on avait plutôt tendance à parler de tout et de rien quand je la convoquais.

Elle aurait dû avoir tout le temps de s’assagir plus tard, elle aurait dû avoir encore quelques années pour s’amuser –dans la mesure du raisonnable bien sûr. Le problème était que, cette fois, elle avait emmené avec elle d’autres jeunes dans ses frasques nocturnes. Qu’elle risque son avenir à faire des bêtises, passait encore, mais qu’elle entraîne d’autres Sincères, ça faisait grincer des dents… Pour nombre de mes compatriotes c’était l’erreur de trop pour June. La goutte qui fait déborder le vase. Je n’avais pas le choix à présent… j’allais devoir réellement sévir. J’avais réussi à lui épargné le pire, mais je savais déjà que ma solution ne lui plairait pas du tout. Loin de là.

Je fus ramenée au présent quand j’entendis toquer à la porte, avant que celle-ci ne s’ouvre sur June. Je soupirais. Oui elle avait bien raison « ENCORE elle »… Malheureusement pour nous deux, la conversation ne promettait pas d’être aussi agréable qu’habituellement. Tout dans son attitude semblait dire qu’elle avait parfaitement conscience d’avoir dépassé les bornes avec cette dernière incartade.

« June… »

Je l’avais salué d’une voix douce, comme à mon habitude, mais sans laisser passer la moindre émotion dans ma voix. Ce qui laissais clairement sous-entendre qu’elle avait de gros ennuis et que cette fois-ci je ne pourrais pas l’en sortir avec une pirouette.

« Tu veux bien t’asseoir correctement ? » soupirai-je.

Je préférais si possible qu’elle ne puisse pas avoir la tentation de sauter par la fenêtre quand je lui annoncerais ce qui allait se passer pour elle. Néanmoins je savais que si elle l’avait décidé elle n’irait pas poser ses fesses sur le fauteuil. Comme la discussion qui allait suivre promettait d’être suffisamment houleuse comme ça, je préférais abandonner. Elle se mettrait où elle le souhaiterait

« J’espère que tu es consciente que cette fois tu as de gros ennuis ? » m’enquis-je. « Je ne pourrais pas te sortir de là juste avec cette convocation, un rapport où je dis que tu regrettes blablabla comme habituellement. » la prévins-je. « Cette fois je ne suis pas la seule décisionnaire. J’ai pu avoir le dernier mot et t’épargner des corvées innommables voir l’exclusion de ta faction, même si elle n’est pas passée loin… »

Je voulais qu’elle se rende compte à quel point elle avait dépassé les limites. Évidemment, ils n’auraient jamais été jusqu’à l’envoyer parmi les sans-factions. En grande partie parce qu’ils savaient tous que je m’y serais farouchement opposée. Mais le sujet avait été mis sur la table des négociations.

« Tu as été désignée volontaire pour un nouveau projet. Dans le cadre du rapprochement entre factions tu vas devoir prendre en charge un Fraternel. Lui faire mieux découvrir Dauntless Town. L’aider à mieux se familiariser avec la ville. Et attention, tu devras t’appliquer à cette tâche, car vous serez suivi tous les deux pour savoir comment cela se passe. Je le ferais évidemment, mais je ne serais pas seule à veiller au grain, June. »

J’hésitais à poursuivre tout de suite en lui annonçant qui serait le Fraternel. Le projet n’allait déjà pas lui plaire, mais alors quand elle saurait que le jeune homme en question était un ancien audacieux…
C’était moi qui avais choisi le garçon. Il s’était imposé à moi comme une évidence. Il devait sûrement être un de seuls qui serait capable de supporter June et lui mettre un peu de plomb dans la cervelle d’une certaine manière. Et Caleb n’appréciait pas qu’on soit compatissant avec lui, et je savais que la jeune femme ne le serait pas le moins du monde. C’était la combinaison parfaite selon moi. Mais, à mon humble avis, June ne serait absolument pas d’accord avec moi. C’est pour ça que, si possible, j’allais éviter de lui dire que le choix du Fraternel en question était mon œuvre, à moi et moi seule.

Code by AMIANTE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Look at me,

◊ MESSAGES : 96
◊ Depuis : 24/11/2012
MessageSujet: Re: Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais ҩ SWANN   Jeu 3 Jan - 9:35




Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais


Et voilà, elle me refaisait le coup. Avec ses yeux pleins de reproches contenus genre « je te fais pas la morale mais tu m’as bien déçue sur ce coup-là. La déception, c’était bien le pire sentiment qu’on puisse évoquer chez quelqu’un. Enfin, d’après moi. Là, je me sentais à la fois coupable et honteuse, et puis triste également. J’aimais bien Swann, et son regard me faisait vraiment mal au cœur. Et sa voix ne changea rien. Oh, il ne fallait pas exagérer non plus, il n’y avait pas mort d’homme !

Elle me demanda de m’asseoir correctement, et là, je sentis mon sale caractère refaire surface. Je savais bien qu’elle voulait que je fasse semblant d’être civilisée, prendre une chaise, peut-être même croiser les jambes comme une vraie gonzesse. Mais désolée, là, c’était vraiment pas possible. Déjà que je me sentais fébrile avec son air grave, je préférais largement rester près de l’atmosphère fraiche de la fenêtre.

J’attendais le monologue qu’elle allait me servir, parce qu’il n’allait certainement pas tardé. Et je ne fus pas déçue. Si le but était de me foutre les jetons, c’était réussi. Oui, je savais bien que les dirigeants ne m’avaient pas à la bonne, mais de là à m’exclure de la Faction ? Être honnête avec moi-même et faire ce dont j’avais envie n’était-il pas aussi une façon d’être sincère ? Je penserais à partager cette théorie. Une autre fois.

Aux mots « tu as été désignée », je me levai déjà d’un bond, les yeux semblables à des éclaires. Et cela ne s’arrangea pas avec la suite. Depuis quand y avait-il marqué « larbin des dirigeants » sur mon front ? S’ils voulaient faire un quelconque rapprochement entre Factions, qu’ils commencent par aller boire une bière dans un bar de strip-tease, ça fera dix fois plus d’effets que tout ce que ma petite personne pourra accomplir. Puis de toute façon, ce qu’elle disait n’avait rien, je dis bien, rien de logique.

Je frappai mes points sur le bureau, avant de m’écrier un peu plus fort que ce que je n’aurais voulu :

- C’est quoi encore cette histoire ? Ca tient même pas debout ! Pourquoi vous voudriez que je fasse découvrir Dauntless Town à quelqu’un, il habitait où, sur Mars ? C’est ridicule, tout ça, alors soit tu m’explique ce que tu me caches soit je me barre, et ils pourront bien m’envoyer chez les Sans-Factions, je m’en fous !

Je me retournai vers la fenêtre et croisai les bras sur ma poitrine, en signe de protestation. Je n’arrivais pas à croire qu’elle me faisait ce genre de plan. Jouer à la baby-sitter, et puis quoi encore ? Tout le monde connaissait Dauntless town, il faudrait être complètement immobilisé ou cloîtré pour ne pas connaître la ville.

- Je savais que la sincérité n’était pas le point fort des Altruistes mais là tu fais fort. Tu m’expliques ?

© code de boo. gif de tumblr.



_________________
    I'M QUOTED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Look at me,
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais ҩ SWANN   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nos folies sont les seules choses qu'on ne regrettera jamais ҩ SWANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Malvina Ϟ Fais pas l'bonhomme, les seules choses que t'aies déjà serré, ce sont tes lacets.
» EVAN ✤Les plus courtes folies sont toujours les meilleures.
» Parce que les choses doivent être clarifiées.
» Les BD qu'elles sont bien
» Idées des écclésiastiques du diocèse d'Autun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dauntless Town :: 
Les quartiers communs
 ::  :: 
Bureaux
-